Comment baisser les rémunérations sans faire de vagues: le cas Deliveroo

Spread the love
Temps de lecture estimé: 7 minutes

Article remis à jour le 18/09/16

Les rumeurs sont tenaces: il se préparerait quelque chose chez Deliveroo à la rentrée, concernant nos rémunérations. 

Pour beaucoup de coursiers, la crainte c’est de voir un passage en force de la rémunération à la course (tout comme les nouveaux coursiers), au lieu de bénéficier de l’assurance d’un taux horaire.

Le résultat? Certains shifts courts dans des zones calmes (qui donnent zéro course pendant le créneau horaire, ça peut arriver) ne seraient plus payés. D’après mes retours, c’est déjà arrivé à certains coursiers à Lyon. D’ailleurs, il semble que ces derniers n’hésitent plus à rendre leur sac et à passer chez la concurrence (Foodora).

Sans aller jusqu’à ce cas extrême, des soirs avec seulement 6 courses ça peut aussi arriver. Cela donne 30€ pour 4 heures de travail, soit un peu plus de 5€ net l’heure de travail et 25% en dessous du smic.

Et encore, je ne compte pas les avantages du smic qui ne se voient pas dans son montant (congés payés, assurance maladie, chômage, retraite), et dont on ne bénéficie pas en tant qu’auto entrepreneur.

J’ai fait une simulation dans mon tableur mensuel, onglet du mois d’Août: en passant à 5€ la course je perd 500€ dans le mois.

Mais même sans avoir besoin de baisse spectaculaire, Deliveroo applique méthodiquement la méthode de la fable de la grenouille et commence à nous bais(s)er de toute part.

On commence par la prime week end.

Auparavant, il suffisait de travailler les 3 soirs du week end (quelque soit la durée des shits) pour bénéficier de 50€ (resp. 2 soirs pour 30€).

Nous sommes passés à un taux horaire, ce que je trouve relativement logique (même si ça en pénalise pas mal), car c’est normal que celui qui fasse 3×5 heures les soirs du vendredi au dimanche soit mieux récompensé que celui qui fait 3×2 heures.

Pour résumer, les vendredis soirs bénéficient dorénavant d’une prime de 2€ par heure, les samedis soirs 3€ et les dimanches soir 4€.

Celui qui fait les 3 soirs pleins retrouve ses 50€ (5×2+5×3+5×5). Le hic, c’est qu’à Lyon, les shifts du soir ne font que 4 heures, donc impossible de retrouver nos 50€. On fait au mieux 12 heures, ce qui donne 40€ par week end au maximum.

Bilan: 10€ perdu par semaine, soit 42€ en moins par mois.

C’est pas fini, car les bruits de couloir font état de la disparition pure et simple de ce bonus.

Les courses hors shift

Lorsque l’activité bat son plein, il est assez fréquent de ne pas pouvoir se déconnecter de l’appli en fin de shift car une course est tombée automatiquement dès qu’on a rendu la précédente.

Deux options possibles: l’accepter pour aller grappiller quelques euros de plus, à condition qu’on ait rien de prévu ensuite. Ou bien la refuser, mais dans ce cas il faut contacter le support pour se faire dés-assigner la course.

Le temps de se faire déconnecter de l’appli par le support, il peut s’écouler de longues secondes voire minutes, autant de temps qui sera décompté dans vos statistiques de temps de réponse (pour rappel plus de 30 secondes et vous êtes pénalisé dans les audits de performance).

Or, il semble que les courses hors shift ne soient dorénavant plus payées!

Ça parait invraisemblable comme truc, et à vrai dire les infos à ce sujet sont contradictoires. Des captures d’écrans officielles circulent sur facebook, certaines confirmant ce fait, d’autres l’infirmant.

Je me demande ce que dirait la loi par rapport à du travail non rémunéré??

A ce rythme là, il va bientôt falloir payer Deliveroo pour bosser avec eux 😀 (en fait c’est même prévu par leur contrat, puisque des ‘amendes’ de 10€ sont possibles pour divers cas de figure, comme une absence à un shift ou le non port de la tenue par exemple.)

Hier soir par exemple je termine ma dernière livraison à 23h30 alors que j’aurais dû terminer à 23h15, et une course bippe dès que passe en ‘livré’. Je m’en doutais car au moment de quitter le resto pour livrer cette dernière course, le restaurateur me dit qu’il y a une autre commande qui vient de tomber. Vu qu’on n’est seulement deux coursiers à bosser après 22H45 (les shifts principaux du soir terminent à 22h45, celui auquel j’étais inscrit étant celui de 19h30/23h15), je me suis dit qu’il y avait de fortes chances que je sois rappelé pour livrer la deuxième course.

Au moment où ça bippe, j’hésite à l’accepter, mais cela me ferait revenir en arrière de 3km alors que je suis proche de mon domicile. Et la course aurait très bien pu m’envoyer à l’opposé, me laissant aux alentours de minuit à 15 km de chez moi, alors que je devais terminer à 23h15.

Je la refuse avec un petit sentiment de culpabilité, en sachant que soit la course va retomber sur le 2e coursier bossant dans ma zone, soit elle sera impossible à livrer.

En ayant connaissance de leur nouvelle politique de livraison hors shift non payé, je me sens bien soulagé de ne pas avoir fait le pigeon 🙂

Bilan: en général je faisais 3 à 4 courses hors shifts par semaine, soit 12€ par semaine, ou environ 50€ en moins par mois.

Fin des bonus ‘maillots à pois’.

Les bonus ‘maillots à pois’ étaient destinés aux coursiers parisiens qui effectuaient plus de 20 heures de boulot dans la zone ‘PN’ (à cause de la difficulté due aux montées autour de Montmartre). Elle consistait en un dédomagement  50 centimes de plus par livraison.

Bon, depuis que je bosse à Lyon-Croix Rousse, une zone bien plus difficile que PN, je trouvais injuste que l’on ne la touche pas ici (TEE Lyon dédommageait de 2.5€ les courses se terminant en haut de la Croix Rousse par exemple).

Le truc est réglé puisque, sans annonce officielle cette prime a été supprimée. La confirmation vient d’une réponse (par email) du support à un gars qui demandait à se faire comptabiliser son bonus.

Bilan pour un coursier à temps plein (environ 300 courses): 150 euros en moins par mois.

 

Fin des audits.

Là aussi, aucune annonce officielle mais le passage des nouveaux au paiement exclusif à la course n’annonce rien de bon.

Pour rappel, les audits de performances nous informaient de toutes sortes de stats nous concernant, avec  l’attribution de maillots (jaune, vert, blanc) permettant de passer de 2 à 3 puis 4€ la course si nos stats étaient dans les clous.

Selon les villes, les derniers audits remontent à plusieurs mois en arrière. A Paris, j’avais reçu mon dernier fin juin (pour les stats du mois de mai). A Lyon, certains n’ont rien reçu depuis avril, dans d’autres villes certain n’ont eu qu’un seul audit en 2016.

Mais il faut quand même dire que ces audits étaient du gros foutage de gueule. Comme je l’évoquais précédemment, je note tous les jours mes stats persos sur un tableur. Je n’ai jamais manqué un shift, je me connecte toujours à l’heure. Alors quand on m’annonçait 95 voire même 59% de taux de présence, forcément j’y allais de mon coup de gueule. Je n’étais pas le seul à recevoir des infos complètement farfelues sur mon audit, j’en était venu à penser qu’on recevait les infos d’autres coursiers et que tout était mélangés, voire aléatoire.

A force de râler, j’ai eu un gars du bureau qui m’a en effet confirmé que oui, il y avait des mélanges d’identifiants dans les audits que l’on recevait, et qu’une partie des stats n’étaient pas les notre

Bilan : le blocage à 2€ la course fait perdre entre 300 et 600€ mensuel à un coursier à temps plein par rapports aux coursiers qui sont à 3 -resp 4- euros la course.

Bilan global

Sans faire de vagues ni d’annonces, les revenus de la plupart des coursiers à temps plein ont ainsi chuté d’une centaine d’euros par mois, voire 250€ par mois pour les coursiers en PN.

Quant au manque à gagner à cause de l’arrêt des audits, il se chiffre en milliers d’euros annuel.

On attend le meilleur pour septembre, car une nouvelle tarification a été annoncée (mais pas chiffrée) en off. Aujourd’hui 1er septembre, Deliveroo Paris doit annoncer une surprise lors d’un événement privé réservé aux bikers.

Normalement si c’est comme ici à Lyon, ce sera pour présenter les nouvelles tenues. Auront-il le culot d’en profiter pour annoncer une baisse des rémunérations? Réponse ce soir ou du moins courant septembre…

 

Rajout du 18/09: Baisse des bonus Pluie

Lorsqu’il pleut, le nombre de coursiers se désinscrivant augmente en flèche, et pour cause: le métier devient beaucoup plus dangereux à cause des glissades sur les pavés ou sur les bandes réfléchissantes au sol ainsi que des freinages quasi impossible sur jantes mouillées (d’où l’intérêt des freins à disque, mais c’est un autre sujet^^).

Il faut donc rouler beaucoup plus prudemment, donc plus lentement avec au final moins de courses. Et on ne parle pas du désagrément d’être trempé, de refroidir rapidement après chaque effort avec risque de choper un bon rhume.

Le matériel prend cher: perso une journée sur la flotte et mes patins de freins fondent comme neige au soleil (15€ les deux paires), la chaîne morfle ainsi que les dérailleurs, jantes, etc…

Usure rapide donc remplacement des pièces prématurées.

Jusqu’à présent Deliveroo octroyait une prime de 15€ pour un shift effectué sous la pluie, avec un maximum de deux par jours. Ainsi si il pleut tout la journée cela faisait un maximum de 30€ de bonus pour l’ensemble des shifts de la journée.

Dorénavant, sans la moindre communication, (on vient d’être mis au courant suite à la pluie de ce week end), la prime passe à 1€ par course.

Pertes pour un coursier qui bosse sous la pluie: entre 3 et 8€ par shift, soit entre 6 et 16€ par jour pluvieux.

La moisson des baisses en douce continue, mais jusqu’où vont-il oser aller?

 

 

31 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *